A toutes les « petites sauteries du théâtre »

Au théâtre, en voiture ou dans la chambre d’hôtel
Pleuvent, pleuvent, pleuvent,
Du moment qu’ils le peuvent,
Les jeux immoraux et lubriques de l’infidèle.

Compulsif, naïf et inconsidéré,
Inespéré, salaud ou peut-être désespéré,
L’infidèle panse -hypocrite !- l’autre, et songe
Déjà à la prochaine sauterie. Quel mensonge !

Sensuel et interdit, le baiser si sauvage
Et réconfortant appose le terrible sceau,
Scelle le triste destin des sottes, des sots
Qui y croyaient, comme dans ces films de cet ancien âge.

Au théâtre, en voiture ou dans la chambre d’hôtel,
Là-bas sur ce funeste autel,
Se sacrifie et interpelle,
Les jeux immoraux et lubriques de l’infidèle,
Le sot, la sotte qui pardonne cette hirondelle
Trompeuse.

Publié dans : Poème romantique | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Lumière de poussière

Par pitié, rends-nous, Lumière,
A l’obscurité,
En sécurité,
Com’ tu nous inumes sous la pierre.

Laisse nous fixer de nos humbles yeux
Endormis,
Insoumis,
Tes magnifiques et inaccessibles cieux.

Nous ne sommes que poussière
Et ne méritons pas
Que tous nos pas
Nous mènent plus haut que terre.

Te créer sur Terre, plein de grande ferveur, Lumière,
Est une belle mission
Que je prends avec passion
Moi qui m’interdis tes cieux et ne suis que poussière.

Publié dans : Pensée modeste | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Le vent, la chouette et le chasseur

Pleine de grâce, la chouette vire et revire. Ses plumes frémissent sous les vents. Elle glisse sur eux sans jamais faiblir. Révoltés, les vents snobbés la poursuivent, la portent, la soutiennent. C’est alors que vent et oiseau de proie entrent dans un balai fantastique, sous l’oeil attentif de l’astre lunaire. La chouette semble flotter dans les bras du vent. Aucune tempête ne vient plus séparer l’étrange et splendide couple. Rien n’entrave le vol majestueux de la chouette. Suivant le vent, l’oiseau fantomatique décrit des courbes et des arabesques dans les airs. Actrice, elle est la face visible du travail de metteur en scène du vent, cet artiste discret et incompris. La belle effraie est inégalable de prouesses et, les étoiles en témoignent, ses pirouettes aériennes sont la plus belle danse qui soit.

Le chasseur, quant à lui, incapable de saisir la beauté de l’improbable duo n’a de cesse de le séparer. Haineux, persuadé du dangereux maléfice nocturne, il abat sans sourciller la chouette effraie. Le digne fantôme, l’extraordinaire rêve, la divine danseuse chute, encore et encore, du haut des éthers qu’elle avait conquis.

Comble de cruauté, ineptie abrutie, l’homme peureux accroche le somptueux animal à sa porte. Dévasté par la chute de son amie, le vent l’effleure tendrement sur sa sinistre potence, l’oint de ses larmes et hurle ses pleurs entre les dents des roches, les cimes des hauts arbres qui lui chuchotent des mots compatissants.

Publié dans : Beauté de la nature | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

L’ange destructeur béni

Dis moi ! Serais-tu ce bel ange… de l’émoi,

Qui, par sa nature, me fait esclave ?

Tu me laves de toute souffrance

J’abandonne grâce à toi… l’alcool rance.

 

Dis moi !

Pourquoi s’allongent les mois

Quand tu disparaît de ma Terre ?

J’intime de taire

Cet océan ravageur

Parce que moi, j’ai peur de cette chaleur !

Publié dans : Poème romantique | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Le froid

Le froid, c’était la blessure,

Sans oublier la vomissure

Sur le pavé, la gerçure

Aux lèvres, leurs commissures.

 

Le froid impose sa brûlure

La peau est une boursouflure

Qui se vautre dans la luxure

D’une suppurante coupure.

 

Elle a belle allure !

La grande brisure

La cassure si dure

De la peur qui mesure

La sûre rupture

De ma belle nature.

Publié dans : Poème fou ! | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Les fleurs de ma soeur

Pleure, pleure,

Triste amertume,

A titre posthume.

Il est l’heure.

 

Tu as peur.

Au loin, dans le port,

Je le vois, le sort

De stupeur !

 

Ma chère soeur !

Je la vois s’éveiller,

Je la vois s’élever,

La triste fleur !

 

Couleur langueur,

De prune et de pourpre,

Ce parfum de souffre…

Quelle horreur !

 

Pesante puanteur !

Es-tu l’arme de grâce

Effaçant les larmes de la face,

M’empêchant de rejoindre,

Me permettant d’oindre,

Ma chère soeur ?

Publié dans : Poème fou ! | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Coup de foudre

O Miracle, cher Miracle !

Comment, contre tout oracle,

M’as-tu fait incendier

Par le tonnerre éclaté ?

 

Rien n’est passé de cet orage.

Et mon coeur, de part ce carnage

Enchaîné, aime ce partage

D’âmes amantes trop peu sages.

 

De Saturne ou de Cupidon,

Auquel devrais-je ce don

Magnifique d’espoir et d’amour

Que je vis de jour en jour ?

 

Si venait par malheur

La fin d’une si belle

Tempête, j’ai bien peur

Que, détruit sans elle,

S’arrête mon coeur !

Publié dans : Poème romantique | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Angoisse libre

Torturé, tranché, envolé,

Manichéen, manipulé,

C’est ça un esprit angoissé.

Plus rien ne pourra le sauver..

 

N’a pas choisi,
N’a pas saisi
Ses propres chaînes,
Ses vieilles peines
Acidulées
Et étalées.
Publié dans : Poème fou ! | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Tendresse

Dans sa tendre douceur,
A sa belle langueur,
Tout me met en extase,
J’aime être avec cette Ase.

Jamais rien ne fut si doux
Que ses baisers aigres-doux,
Que le marbre de sa peau,
Que la gloire de ses mots.

Rien ne me donna plus de joie
Que la douce et si jolie soie
Qui enserre de ses cordages
Son cœur, c'est-à-dire son corsage.

Englué dans mes amours
D'elle, j'embrasse le tour
De ses lèvres de velours 
Et mon cœur n'est plus si lourd.
Publié dans : Poème romantique | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Purple joke

Purple joke

Purple joke

 

The child releases the impressive explosion
Of his so incredible purple joke.
In this way, he marks the world where adults talk and walk,
Speak loud without hearing his purple ocean.

 

Publié dans : Exposition photo-poème | le 27 février, 2017 |Pas de Commentaires »
12

Dyonisosart |
Lahierokarantine |
Poesisophie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Terres de poésie
| Tracesecritesdunquidam
| Learohardleana